Cameroun : Franchir le cap de 7 millions d’inscrits sur les listes électorales

21 mai 2013 14 h 21 min0 commentairesViews: 6
L'une des délégations régionales d'Elecam

L’une des délégations régionales d’Elecam

Après la suspension, fin mars 2013, des inscriptions sur les listes électorales, l’organe en charge de l’organisation des élections au Cameroun (Elecam),  qui avait réussi à enregistrer 5,5 millions de Camerounais, relance les inscriptions à travers le pays dès ce 22 mai 2013. L’opération qui démarre  ce mardi est la suite de la refonte du fichier électoral, engagée au mois d’octobre 2012. Dans un pays où les citoyens manquent de plus en plus d’engouement en matière politique, Elecam s’est donné pour défi d’enregistrer au moins 7 millions de citoyens sur les listes électorales.

Ayant obtenu 5,5 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales au mois de mars dernier, Elecam relance, ce 22 mai 2013, les inscriptions biométriques au Cameroun. Objectif,  franchir le cap de 7 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales. Ce qui, apprend-on, donnera plus de crédit aux futures élections municipales et législatives au Cameroun. Selon le communiqué du directeur général des élections (DGE), l’opération qui démarre ce mardi est simplement la suite de la refonte du fichier électoral, engagée en octobre 2012 et arrêtée en fin mars 2013. Les nouvelles inscriptions vont se poursuivre jusqu’au 31 août 2013 ou dès la convocation du corps électoral.

Ces inscriptions reprennent dans un contexte où les Camerounais ont de plus en plus tendance à se désintéresser de la chose politique. Malgré les opérations de charme des pouvoirs publics, couplées à celles de l’organe indépendant en charge des élections au Cameroun, Elections Cameroon (Elecam), y compris le verbe apparemment convainquant des différents partis politiques qui existent dans le pays, il faut désormais bien se lever tôt pour convaincre les compatriotes de Paul Biya à aller s’inscrire sur les listes électorales. Cette situation a de nouveau été observée en 2011, lors des préparatifs des élections présidentielles dans le pays. Elecam et les partis politiques avaient eu du mal à mobiliser les électeurs aux fins de les orienter vers les différents bureaux d’inscription que compte le pays.

Après la présidentielle d’octobre 2011, remportée avec  une majorité écrasante par le candidat sortant Paul Biya, Elecam est, depuis octobre 2012, confronté à la même difficulté : convaincre les 12 millions de Camerounais en âge de voter à aller s’inscrire. Jusqu’à fin décembre 2012, l’organe en charge de l’organisation des élections au Cameroun n’était qu’à 2 millions d’inscrits. De quoi inquiéter le pouvoir en place à Yaoundé. Lequel s’est senti obligé de mettre véritablement la main à la pâte, déployant les autorités administratives et les cadres du parti au pouvoir (Rdpc) sur l’étendue du territoire national. A côté de cela, des spots publicitaires et des campagnes de proximité qui ont fini par porter quelques fruits. 5,5 millions inscrits sur les listes électorales  à la fin du mois de mars 2013.

JRD

 

Tags:

Pas de commentaire

Laissez une reponse